Recherche par catégorie ou par date
Sélectionner des catégories
Sélectionner des dates

First Data publie ses résultats financiers du quatrième trimestre de l'année 2015

  • Résultats trimestriels records depuis la privatisation pour les recettes consolidées et les recettes du segment selon le référentiel comptable, et le BAIIDA
  • Recettes consolidées du T4 de 3,0 milliards de dollars selon le référentiel comptable, en hausse de 3 %; en hausse de 5 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise
  • Recettes du segment T4 de 1,8 milliard de dollars selon le référentiel comptable, en hausse de 2 %; en hausse de 4 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise
  • BAIIDA T4 de 762 millions de dollars, en hausse de 7 %; marge BAIIDA en hausse de 200 points de base, à 41,6 %
  • Perte nette T4 de 1,2 milliard de dollars selon le référentiel comptable, due à 1,3 milliard de dollars de frais d'extinction de la dette et de dépenses exceptionnelles causées par le PAPE
  • Bénéfice net ajusté de 299 millions de dollars, en hausse de 58 %, grâce à une amélioration des résultats d'exploitation et une baisse des charges d'intérêt
  • Importantes opérations de bilan, abaissement des intérêts financiers annualisés à 1,0 milliard de dollars, soit une baisse de 0,5 milliard de dollars

NEW YORK, 9 février 2016 - First Data Corporation (NYSE : FDC), un chef de file mondial dans le secteur des solutions et des technologies facilitant le commerce, a publié aujourd'hui ses résultats financiers pour le quatrième trimestre arrêté au 31 décembre 2015. Les recettes consolidées s’élevaient à 3 milliards de dollars pour le dernier trimestre, soit une hausse de 3 % par rapport à la même période l’année précédente, ou de 5 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise. Les recettes du segment, qui modifie les recettes consolidées pour les titres avec flux identiques et autres incidences, s’élevait à 1,8 milliard de dollars ce trimestre, soit une augmentation de 2 % par rapport à la même période l’année précédente, ou de 4 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise. Pendant le dernier trimestre, la croissance des recettes du segment s’élevait à 5 % en devise constante, si l'on ne tenait pas compte de l’incidence nette des ventes d’avoirs en portefeuille des SCM en EMEA à la même période l’année précédente, de la différence négative du chiffre d’affaires des logiciels de sécurité sur 12 mois, et de l'avantage obtenu grâce à un changement dans les termes du contrat avec un client du segment des SRS durant le dernier trimestre 2015.

Au dernier trimestre 2015, la perte nette attribuable à First Data s'élevait à 1,2 milliard de dollars, en comparaison des 12 millions de bénéfice net enregistrés l'année précédente. La baisse s’explique en grande partie par les 1,3 milliard de dollars de frais d’extinction de la dette et de dépenses exceptionnelles causées par le PAPE pendant le dernier trimestre. Le bénéfice net ajusté, qui modifie le bénéfice net en prenant en compte les éléments tels que les frais d’extinction de dette, les rémunérations à base d’actions, l’amortissement des biens incorporels acquis, les coûts de restructuration et autres dépenses extraordinaires, s’élevait à 299 millions de dollars, soit une hausse de 110 millions de dollars (ou 58 %) par rapport à l'année précédente, qui s'explique par une amélioration des résultats d'exploitation et une baisse des charges d'intérêt.

Pour le dernier trimestre 2015, le résultat retraité avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIDA) était de 762 millions de dollars, en hausse de 7 % par rapport à la même période l’année précédente. La marge BAIIDA a augmenté de 200 points de base, à 41,6 %, sur ce trimestre. Le BAIIDA a bénéficié ce trimestre de 11 millions de dollars de gains sur la réévaluation des valeurs d'actif et de passif libellées en dollars américains en Argentine, et de 8 millions de dollars du changement de contrat susmentionné avec un client du segment des SRS.

À la suite de transactions sur les marchés financiers annoncées le 30 septembre 2015, la société a diminué ses coûts d’emprunts moyens pour atteindre environ 5,5 % aux taux d’intérêt actuels, contre environ 7,3 % au 30 septembre 2015. Elle a également diminué ses intérêts financiers annualisés à environ 1,0 milliard de dollars, soit une baisse de 0,5 milliard de dollars.

Frank Bisignano, le président et directeur général de First Data, a déclaré : " Au fil d'un trimestre qui a vu First Data revenir sur le marché boursier, nous avons été ravis de publier une hausse continue des recettes, une croissance solide des marges et un refinancement de toutes nos dettes importantes plus tôt que prévu .» Il a ajouté : « Nous nous attendons à ce que 2016 soit une année consacrée à la mise en œuvre de nos initiatives de croissance et à la gestion continue des dépenses. »

Parmi les récents temps forts de First Data, au-delà des améliorations considérables apportées à la structure financière, ont eu lieu la sortie de son terminal de point de vente Clover Go, et la réalisation de progrès continus en matière d’initiatives de gestion des dépenses, dont la consolidation de biens immobiliers. En outre, First Data continue de remporter des succès avec de grandes entreprises clientes dans les trois segments.

Résultats par segment

Le segment des solutions commerciales pour les entreprises mondiales (SCM) fournit des services de commerce électronique et d'acquisitions marchandes de point de vente de distribution, des offres nouvelle génération telles que des services de paiement mobile, ainsi que le système d'exploitation de point de vente Clover® basé sur le nuage et son marché d'applications de la société et des tiers. Environ 78 % des recettes de notre segment des SCM est généré en Amérique du Nord, tandis que 13 % est généré en EMEA.

Les recettes du segment s’élevaient à 1,0 milliard de dollars pour le dernier trimestre 2015, en baisse de 1 % par rapport à la même période l’année précédente, ou en hausse de 2 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise. La croissance des recettes en devise constante du segment des SCM a subi un impact négatif de 2 points de pourcentages, de par la non-récurrence des ventes d'avoirs en portefeuille susmentionnées dans la région EMEA par rapport à la même période l'année précédente, et de par la différence négative sur 12 mois des recettes trimestrielles des logiciels de sécurité.

Par régions géographiques, les recettes du dernier trimestre 2015, de 802 millions de dollars, réalisées en Amérique, étaient plates par rapport à la même période l'année précédente, dans la mesure où l'augmentation des ventes de produits et la hausse de 6 % du volume des transactions ont été contrebalancées par une baisse générale du rendement et par le décalage dans les recettes des logiciels de sécurité, qui ont fait subir un impact négatif d'environ un point de pourcentage au secteur des SCM en Amérique du Nord. Les recettes en EMEA étaient de 144 millions de dollars, en baisse de 7 %, ou en hausse de 3 % en devise constante, grâce à une augmentation de 14 % du volume des transactions, partiellement contrebalancée par la non-récurrence des ventes d'avoirs en portefeuille qui avaient rapporté 12 millions de dollars à la même période l'année précédente.

Les dépenses ajustées du segment des SCM au dernier trimestre 2015 étaient de 603 millions de dollars, en baisse de 2 % par rapport à la même période l'année précédente, grâce à un gain de 7 millions de dollars sur la réévaluation des valeurs d'actif et de passif libellées en dollars américains en Argentine durant ce trimestre.

Le BAIIDA du segment au dernier trimestre 2015 était de 436 millions de dollars, plat par rapport à la même période l'année précédente lorsqu'il avait bénéficié de 12 millions de dollars des ventes d'avoirs en portefeuille en EMEA. La marge BAIIDA du segment pour le dernier trimestre était de 42,0 %, en hausse de 50 points de base par rapport à la même période l'année précédente.

Le segment des solutions financières pour les entreprises mondiales (SFM) fournit des services de traitement de cartes de crédit et de clientèle, des services de production, et des offres nouvelle génération, telle que le logiciel VisionPLUS Flex, qui permet aux émetteurs de cartes de gérer tous leurs produits et services liés aux paiements à partir d'une unique solution intégrée de type « point de vente multiservices ». Environ 59 % des recettes de notre segment des SFM est généré en Amérique du Nord, tandis que 29 % est généré en EMEA.

Les recettes du segment s’élevaient à 394 millions de dollars pour le dernier trimestre 2015, en hausse de 1 % par rapport à la même période l’année précédente, ou en hausse de 5 % en devise constante. Par régions géographiques, les recettes réalisées en Amérique du Nord étaient de 234 millions de dollars, en hausse de 9 %, essentiellement grâce à la croissance de nouvelles entreprises, la croissance interne, et la hausse du volume de cartes personnalisées exigées par EMV. Le nombre de comptes de cartes du segment des SFM en Amérique du Nord a augmenté de 14 % sur 12 mois. Les recettes pour la région EMEA étaient de 117 millions de dollars, en baisse de 10 %, ou en hausse de 2 % en devise constante, dans la mesure où la croissance interne a été contrebalancée par une baisse générale du rendement.

Les dépenses ajustées du segment des SFM au dernier trimestre 2015 étaient de 232 millions de dollars, en baisse de 4 % par rapport à la même période l'année précédente, grâce à un gain de 4 millions de dollars sur la réévaluation des valeurs d'actif et de passif libellées en dollars américains en Argentine durant ce trimestre.

Le BAIIDA du segment au dernier trimestre 2015 était de 162 millions de dollars, en hausse de 8 % par rapport à la même période l'année précédente. La marge BAIIDA du segment pour le dernier trimestre était de 41,1 %, en hausse de 270 points de base par rapport à la même période l'année précédente.

Le segment de solutions de réseau et de sécurité (SRS) fournit une large gamme de services de réseau tels que des solutions de réseau pour le traitement des transferts électroniques de fonds (TEF), des solutions de réseau pour les services prépayés, des solutions de sécurité et de gestion de la fraude. La quasi-totalité des recettes du segment de solutions de réseau et de sécurité est générée en Amérique du Nord.

Les recettes du segment au dernier trimestre 2015 étaient de 398 millions de dollars, en hausse de 11 % par rapport à la même période l'année précédente. La hausse des recettes de ce trimestre était essentiellement due à la hausse du volume des transactions de solutions de réseau pour le traitement des transferts électroniques de fonds, à la croissance des services de solutions de sécurité pour les commerçants et à la hausse du volume des services prépayés. Les recettes des services prépayés ont également bénéficié de 10 millions de dollars générés par un changement dans les termes du contrat d'un client.

Les dépenses ajustées du segment des SRS au dernier trimestre 2015 étaient de 207 millions, en hausse de 4 % par rapport à la même période l'année précédente, à cause d'une hausse des coûts de la marchandise associée à une hausse des recettes et à la réalisation d'investissements dans certains produits.

Le BAIIDA du segment au dernier trimestre 2015 était de 191 millions de dollars, en hausse de 19 % par rapport à la même période l'année précédente. La marge BAIIDA du segment pour le dernier trimestre était de 48,0 %, en hausse de 340 points de base par rapport à la même période l'année précédente.

Liquidité

Au dernier trimestre 2015, l’entreprise a obtenu 108 millions de dollars de liquidités générées par les opérations, soit une baisse de 328 millions de dollars par rapport à la même période l’année précédente. Le flux de trésorerie disponible, que la société définit comme les liquidités générées par les opérations moins les dépenses en capital et les distributions aux actionnaires minoritaires, était de (116) millions de dollars ce trimestre, soit une baisse de 331 millions de dollars par rapport à la même période l’année précédente. Les diminutions des deux mesures ont été provoquées par le paiement accéléré de 349 millions de dollars d’intérêts financiers liés au remboursement progressif de la dette, par le refinancement de l’activité durant ce trimestre, et par les dépenses exceptionnelles causées par le PAPE. À la fin du trimestre, la société disposait d'environ 1,4 milliard de dollars de liquidité sans restriction.

Améliorations apportées à la structure financière

En octobre 2015, First Data a levé environ 2,8 milliards de dollars grâce à l’émission d’environ 176 000 000 de parts en actions ordinaires de classe A.

Le 18 novembre 2015, First Data a émis 3,4 milliards de dollars d'obligations de premier rang à un taux d’intérêt de 7,0 %. Le produit de ces obligations ainsi que les produits nets de son premier appel public à l'épargne et de ses prêts dans le cadre de la facilité de crédit de privilège garanti renouvelable, ont été utilisés pour racheter toutes les obligations de premier rang à 12,625 % impayées à échéance en 2021, toutes les obligations de premier rang à 10,625 % impayées à échéance en 2021 et toutes les obligations de premier rang à 11,75 % impayées à échéance en 2021, ainsi que pour couvrir les frais et les dépenses. Les nouvelles obligations arrivent à échéance en décembre 2023.

Le 25 novembre 2015, First Data a émis 1,0 milliard de dollars d'obligations garanties premier rang à un taux d'intérêt de 5,0 % et 2,2 milliards de dollars d'obligations garanties de premier rang à un taux d'intérêt de 5,75 %. Le produit de ces obligations a été utilisé pour racheter toutes les obligations de deuxième rang à 8,25 % impayées à échéance en 2021 et toutes les obligations de deuxième rang à 8,75 % impayées à échéance en 2022 (250 millions de dollars ont été rachetés en décembre 2015 et 750 millions en janvier 2016), ainsi que pour couvrir les frais et les dépenses. Les nouvelles obligations arrivent à échéance en janvier 2024.

En novembre 2015, First Data a également remplacé le prêt à terme garanti de premier rang de 1,5 milliard de dollars de la société, à échéance en mars 2017, par des prêts à terme progressif de 1,25 milliard de dollars et 200 millions d'euros à échéance en juillet 2022, à un taux d'intérêt LIBOR plus 375 points de base.

Le 31 décembre 2015, First Data a intégré un programme de titrisation des créances. Le 14 janvier 2016, la société a emprunté 240 millions via la titrisation des créances de certaines filiales, à un taux LIBOR plus 200 points de base.

Mesures hors référentiel comptable

Dans certaines circonstances, des résultats ont été présentés qui ne correspondaient pas au référentiel comptable et qui doivent être considérés en sus des résultats présentés par la société et non à la place de ceux-ci. Ces résultats non conformes au référentiel comptable ne doivent pas être pris en compte indépendamment ni à la place des résultats les plus comparables qui le sont. Les résultats financiers non conformes au référentiel comptable permettent de considérer les aspects de nos opérations sous un autre angle et, lorsqu'on les observe par rapport à nos résultats selon le référentiel comptable ou en les rapprochant des mesures comparables conformes, ils donnent accès à une compréhension plus complète de notre entreprise . Nous encourageons vivement les investisseurs à examiner nos états financiers et nos rapports publiés dans leur intégralité et à ne pas se baser sur un seul résultat financier, quel qu'il soit.

Le BAIIDA est défini par l'exclusion de certains éléments et par d'autres ajustements et est utilisé par la direction comme un indicateur de la performance d'exploitation. La société considère que la prise en compte d'ajustements supplémentaires dans la définition du BAIIDA est appropriée et fournit des informations supplémentaires aux investisseurs vis-à-vis de certains éléments matériels sans effet sur les liquidités et d'éléments non récurrents que la société ne s'attend pas à poursuivre au même niveau à l'avenir. Le bénéfice net ajusté, un résultat utilisé par la direction comme indicateur de la performance d'exploitation, n'est pas un terme reconnu par le référentiel comptable et ne prétend pas se substituer au bénéfice (négatif) attribuable à First Data comme résultat de la performance d'exploitation, ni aux liquidités générées par les activités d'exploitation comme résultat des liquidités. De plus, le bénéfice net ajusté n'est pas conçu pour être utilisé par la direction, à sa discrétion, comme indicateur du flux de trésorerie disponible, puisqu'il ne prend pas en compte certains besoins de liquidités tels que le paiement des intérêts et des impôts ou les frais de remboursement de la dette. La direction est convaincue que le bénéfice net ajusté est utile pour mettre en valeur les tendances, car il exclut les résultats des éléments qui peuvent masquer les tendances sous-jacentes dans l'entreprise. Parce que toutes les sociétés n'emploient pas les mêmes méthodes de calcul, ces présentations du BAIIDA et du bénéfice net ajusté risquent de ne pas pouvoir être comparées à d'autres résultats d'autres sociétés dont les intitulés sont similaires.

Certains résultats de cette publication sont présentés comme ne prenant pas en compte l'effet des variations des cours des devises étrangères (à devise constante). Pour obtenir cette information, les résultats mensuels, de la période actuelle, des unités qui les rapportent dans une autre devise autre que le dollar américain, y sont convertis au taux de change moyen effectif ce même mois lors de l'année fiscale précédente, plutôt qu'au taux moyen actuel, effectif durant l'année fiscale en cours. Une fois convertis, les résultats de chaque mois au cours de la période sont additionnés pour calculer les résultats à devise constante sur la période.

Des rapprochements avec les mesures comparables conformes au référentiel comptable sont proposés dans les annexes et dans la section "Relations avec les investisseurs" du site de la société sur la page investor.firstdata.com.

Téléconférence avec les investisseurs

La société organisera une téléconférence et une webémission le mercredi 10 février 2016 à 8 heures  HNE pour examiner les résultats financiers du quatrième trimestre de l'année 2015.

Pour écouter la téléconférence, composez le +1 (800) 708-4540 (aux États-Unis) ou le +1 (847) 619-6397 (en dehors des États-Unis), avec le code d'accès 41578957, au moins 10 minutes avant le début de la téléconférence. La téléconférence sera diffusée sur Internet dans la section « Relations avec les investisseurs » à l'adresse http://investor.firstdata.com et une présentation sur diapositives accompagnant la téléconférence sera également disponible sur le site.

Une rediffusion de la téléconférence sera disponible jusqu'au 24 février 2016 au +1 (888) 843-7419 (aux États-Unis) ou au +1 (630) 652-3042 (en dehors des États-Unis), avec le code d'accès 41578957 et sur Internet à l'adresse investor.firstdata.com.

Veuillez noter : En dehors de la rediffusion, First Data n'a pas autorisé et décline toute responsabilité concernant tout enregistrement, rediffusion ou distribution de toute transcription de cette téléconférence.

Au sujet de First Data

First Data est une société chef de file mondial dans le secteur des solutions et des technologies facilitant le commerce, dont les services sont utilisés par environ six millions de sites commerçants et 4 000 institutions financières dans 118 pays à travers le monde. Ses 23 000 propriétaires associés s'emploient à aider les sociétés, des jeunes entreprises aux plus grandes sociétés de capitaux, à exercer leurs activités commerciales quotidiennes en assurant le traitement et la sécurité de plus de 2 300 transactions par seconde pour un montant de plus de 1,9 billion de dollars par année.

Personne-ressource

Peter Poillon
Relations avec les investisseurs
FirstData
212-266-3565
Peter.Poillon@firstdata.com

Liidia Liuksila
Relations publiques
FirstData
212-515-0174
Liidia.Liuksila@firstdata.com

  Trimestre arrêté au 31 décembre  Année arrêtée au 31 décembre
  2015   2014   Variation en %   2015   2014   Variation en %
Recettes :                      
Frais de transaction et de service de traitement (a) 1691 $   1646 $   3 %   6597 $   6510 $   1 %
Ventes de produits et autre 323   326   -1 %   1167   1038   12 %
Recettes totales (sans les éléments remboursables) 2014   1972   2 %   7764   7548   3 %
Frais applicables aux transactions de carte de débit, frais postaux et autres frais remboursables 950   911   4 %   3687   3604   2 %
Recettes totales 2964   2883   3 %   11451   11152   3 %
Charges :                      
Coût des services 816   697   17 %   2871   2668   8 %
Coût des produits vendus 99   90   10 %   356   330   8 %
Vente, général et administration 725   505   44 %   2292   2043   12 %
Dépréciation et amortissement 262   260   1 %   1022   1056   -3 %
Autres charges d'exploitation - Restructuration, nettes 13   2   N/S   53   13   N/S
Charges totales (sans les éléments remboursables) 1915   1554   23 %   6594   6110   8 %
Frais applicables aux transactions de carte de débit, frais postaux et autres frais remboursables 950   911   4 %   3687   3604   2 %
Charges totales 2865   2 465   16 %   10281   9714   6 %
Bénéfice d'exploitation 99   418   -76 %   1170   1438   -19 %
charges d'intérêt, nettes (338)   (403   -16 %   (1 537)   (1 728   -11 %
Pertes liées à l'extinction de la dette (960)   —   N/S   (1 068)   (274   N/S
Autres revenus (b) 28   21   33 %   29   161   -82 %
Revenus (pertes) avant impôts sur le revenu et bénéfices en capitaux propres des affiliés (1 171)   36   N/S   (1 406)   (403)   249 %
Frais d'impôt sur le revenu 56   28   100 %   101   82   23 %
Bénéfices en capitaux propres des affiliés (a) 64   57   12 %   239   220   9 %
Bénéfice (pertes) net (1 163)   65   N/S   (1 268)   (265)   N/S
Moins : Bénéfice net attribuable aux parts des actionnaires sans contrôle et aux parts des actionnaires sans contrôle rachetables 54   53   2 %   213   193   10 %
Bénéfice (pertes) net attribuable à First Data Corporation (1,217) $   12 $   N/S   (1 481) $   (458) $   N/S
(Voir notes complémentaires)
  1. Les ajustements de segment représentent la consolidation proportionnelle, les commissions des organisations de ventes indépendantes (IVO), autres ajustements en propriété non exclusive, frais remboursables applicables aux transactions de carte de débit, frais postaux et autres
  2. Inclus un million de dollars de dépenses relatives à la rémunération à base d’actions suite au PAPE
  3. Inclus un million de dollars de frais de rupture versés à KKR suite au PAPE
  4. Le nombre moyen pondéré de base et dilué d'actions ordinaires en circulation dans la colonne « Ajusté » suppose que le premier appel public à l'épargne de la société, ainsi que les activités connexes, ont eu lieu le 1er octobre 2015
BÉNÉFICE NET AJUSTÉ
Trimestre arrêté au 31 décembre 2014
    Ajustements          
  Référentiel comptable Ajustements de segment (a) Rémunération à base d'actions Ajustement de l'évaluation au cours du marché pour les instruments dérivés et la dette non couverte libellée en euro   Restructuration, baisse de valeur, litiges et autres Ajusté
Recettes totales 2 883 $ (1 084) $ —   1 799 $
Charges totales 2 465 (1 088) (5) —   (20) 1 188
Bénéfice d'exploitation 418 4 5 —   20 611
Bonification (charges) des intérêts, nette (403) — — —   14 (389)
Autres revenus (charges) 21 — — (25)   4 —
Revenus (pertes) avant impôts sur le revenu et bénéfices en capitaux propres des affiliés 36 4 5 (25)   38 222
Frais d'impôt sur le revenu 28 — — —   3 33
Bénéfices en capitaux propres des affiliés 57 (57) — —   — —
Bénéfice net (pertes) 65 (53) 5 (25)   35 189
Moins : Bénéfice net attribuable aux parts des actionnaires sans contrôle et aux parts des actionnaires sans contrôle rachetables 53 (53) — —   — —
Bénéfice net (pertes) attribuable à First Data Corporation 12 $ — 5   162 $ 35 $ 189 $
  1. Les ajustements de segment représentent la consolidation proportionnelle, les commissions des organisations de ventes indépendantes (IVO), autres ajustements en propriété non exclusive, frais remboursables applicables aux transactions de carte de débit, frais postaux et autres.
  Trimestre arrêté au 31 décembre        Année arrêtée au 31 décembre    
  2015 2014 Variation en %   2015 2014 Variation en %
SCM :              
Transactions commerçantes en Amérique du Nord (a) 11 232 10 576 6 %   43 362 41 453 5 %
Transactions commerçantes internationales (b) 1 882 1 645 14 %   6 867 6 030 14 %
               
SFM :              
Comptes de cartes en Amérique du Nord (c)         813 714 14 %
Comptes de cartes internationaux (d)         146 132 11 %
               
SRS :              
Transactions de réseau (TEF et services prépayés) (e) 5 067 4 686 8 %   18 918 17 435 9 %
  1. Les transactions commerçantes en Amérique du Nord comprennent les transactions via les cartes de crédit et de débit à signature Visa et MasterCard acquises, les cartes American Express et Discover et les cartes de débit NIP; ainsi que les transactions électroniques d'avantages sociaux, et les transactions clientes de portail ou à traitement unique effectuées dans les PDV. Les transactions commerçantes en Amérique du Nord représentent 100 % des transactions d'alliance.
  2. Les transactions internationales comprennent les transactions d'acquisitions marchandes des réseaux de paiement Visa, MasterCard et autres pour des clients à en dehors des États-Unis et du Canada. Les transactions comprennent les transactions via les cartes de crédit, de débit à débit, de débit NIP en PDV, de portail en PDV, et les transactions de GAB.
  3. Les comptes de cartes en Amérique du Nord correspondent au nombre total de comptes de cartes bancaires de crédit et de crédit de commerce à la fin de la période présentée.
  4. Les comptes de cartes internationaux correspondent au nombre total de comptes de cartes bancaires et de commerce en dehors des États-Unis et du Canada à la fin de la période présentée.
  5. Les transactions de réseau comprennent le traitement des transactions d'émetteur de cartes de débit, les transactions d'émetteur du réseau STAR, et les transactions de PDV en circuit fermé ou ouvert.
DONNÉES SÉLECTIONNÉES DU BILAN CONSOLIDÉ        
    Au   Au
    31 déc. 2015   31 déc. 2014
         
Espèces et quasi-espèces   429 $   358 $
Actifs de règlement actuels   8 150   7 555
Total des actifs   34 362   34 034
         
Emprunts à court terme et part actuelle des emprunts à long terme   856   161
Obligations de règlement   8 150   7 557
Emprunts à long terme   18 737   20 697
Total du passif   30 625   31 434
         
Parts des actionnaires sans contrôle rachetables   77   70
         
Participation totale des actionnaires de First Data Corporation (déficit)   668   -570
Parts des actionnaires sans contrôle   2 992   3 100
Total des capitaux propres   3 660   2 530
DONNÉES SÉLECTIONNÉES RELATIVES AUX LIQUIDITÉS CONSOLIDÉES
  Trimestre arrêté au 31 décembre 2015 Trimestre arrêté au 31 décembre 2014 Année arrêtée au 31 décembre 2015 Année arrêtée au 31 décembre 2014
Provenance/(utilisation) des liquidités        
Liquidités disponibles générées par les activités d'exploitation 108 $ 436 $ 795 $ 1 035 $
         
Liquidités disponibles utilisées pour les activités d'investissement (131) (164) (685) (329)
         
Liquidités disponibles générées par (utilisées pour) les activités de financement 93 (291) (16) (743)
         
Données supplémentaires relatives aux liquidités        
Paiements des intérêts financiers de la dette à long terme (a) (b) 470 $ 220 $ 1 800 $ 1 717 $
  1. Pour les besoins de ce calendrier, les intérêts des contrats de location-acquisition ne sont pas pris en compte dans le calcul de la dette à long terme.
  2. Par rapport aux mêmes périodes en 2014, les paiements des intérêts financiers ont augmenté de 271 millions de dollars pour le trimestre et l'année achevés au 31 décembre 2015, car ils se sont accélérés suite à nos opérations d'extinction de la dette en 2015.
EXPLOITATION DU FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLE
    Trimestre arrêté au 31 décembre 2015 Trimestre arrêté au 31 décembre 2014 Variation en %
Liquidités d'exploitation   108 436 (75) %
Dépenses en capital   (145) (157) (8) %
Distributions aux actionnaires minoritaires   (79) (64) 23 %
flux de trésorerie disponible   (116) $ 215 $ N/S
  Trimestre arrêté au 31 décembre 2015 Trimestre arrêté au 31 décembre 2014 Variation en %
Recettes totales du segment 1 831 $ 1 799 $ 2 %
Variation du cours de la devise 48 —  
Vente d'avoirs en portefeuille — (12)  
Planification des recettes des logiciels de sécurité — (8  
Modification de contrat de client du segment des SRS (10) —  
Croissance normalisée des recettes du segment 1 869 $ 1 779 $ 5 %

Avis aux investisseurs, aux investisseurs potentiels et à la communauté financière; avertissement au sujet des énoncés prévisionnels

Certains éléments que nous traitons dans nos énoncés publics peuvent constituer des énoncés prévisionnels. Vous pouvez repérer ces énoncés prévisionnels, car ils contiennent des mots tels que « pense », « attend », « peut », « va », « devrait », « vise », « souhaite », « prévoit », « estime », « anticipe » ou des expressions similaires qui concernent notre stratégie, nos plans, nos prévisions ou nos intentions. Tous les énoncés relatifs aux recettes, au BAIIDA, aux bénéfices, aux marges, aux taux de croissance et autres résultats financiers pour les périodes futures, constituent des exemples parmi d'autres d'énoncés prévisionnels. Par nature, les énoncés prévisionnels : n'ont de valeur qu'à la date à laquelle ils sont publiés; ne constituent pas des énoncés de faits historiques et ne garantissent pas la performance future; et sont sujets à des risques, incertitudes, hypothèses ou changements de circonstances qui sont difficiles à prédire ou à quantifier. Les résultats réels peuvent différer matériellement et défavorablement de nos énoncés prévisionnels du fait de différents facteurs, notamment ceux qui suivent : (1) des effets défavorables de l'économie, la politique, et d'autres conditions mondiales qui influent sur les tendances des dépenses des consommateurs, des entreprises et des gouvernements; (2) notre capacité à anticiper et à répondre aux tendances évolutives du secteur, notamment aux changements technologiques et à l'augmentation de la concurrence; (3) notre capacité à renouveler avec succès les contrats des clients existants sur des conditions favorables et à obtenir de nouveaux clients; (4) notre capacité à prévenir toute atteinte majeure à la sécurité d'un de nos systèmes; (5) notre capacité à mettre en œuvre et à améliorer les systèmes de traitement existants pour fournir de nouveaux produits, améliorer les fonctionnalités et augmenter les gains d'efficacité; (6) nos programmes d'alliances de commerçants qui incluent différentes alliances dans lesquelles notre contrôle n'est pas exclusif et qui agissent indépendamment les unes des autres; (7) les risques de crédit et de fraude dans nos unités commerciales et nos alliances commerçantes, particulièrement dans le contexte du commerce électronique et des marchés mobiles; (8) la consolidation parmi les clients des institutions financières ou les autres groupes de clients qui influent sur nos relations avec nos clients; (9) notre capacité à améliorer notre rentabilité et à maintenir la flexibilité de nos ressources en capital à travers la mise en œuvre d'initiatives d'économie des coûts; (10) notre capacité à donner de l'importance aux entreprises acquises et à les intégrer avec succès, notamment celles situées en dehors des États-Unis; (11) notre niveau élevé d'effet de levier; (12) les effets défavorables des taux d'échange des devises ou des contrôles des devises imposés par un gouvernement ou dans le cas contraire; (13) les changements dans l'environnement des taux d'intérêt qui augmentent les intérêts sur nos emprunts ou les taux d'intérêts auxquels nous devons les refinancer; (14) l'effet des nouvelles lois, réglementations, règles des associations de cartes de crédit ou autres normes du secteur ; et (15) les nouveaux procès, enquêtes, procédures ou changements de notre potentiel d'exposition relatif à des procès en attente, des enquêtes ou des procédures, et plusieurs autres facteurs présentés par Risk Factors dans notre prospectus du 14 octobre 2015, classé avec la Commission des valeurs mobilières des États-Unis en vertu de la règle 424(b).

 
Restez à la pointe de l’actualité avec First Data