Recherche par catégorie ou par date
Sélectionner des catégories
Sélectionner des dates

First Data publie ses résultats financiers du deuxième trimestre de l'année 2016

 

Recettes consolidées du T2 de 2,9 milliards de dollars, en hausse de 2 %; en hausse de 3 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise

Recettes du segment T2 de 1,8 milliard de dollars, en hausse de 2 %; en hausse de 4 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise

Bénéfice net au T2 de 152 millions de dollars, amélioré de 178 millions de dollars; résultat dilué par action de 0,17 dollar

Bénéfice net ajusté au T2 de 323 millions de dollars, en hausse de 124 %, grâce à une amélioration des résultats d'exploitation et une baisse des charges d'intérêt; résultat dilué par action ajusté de 0,35 dollar

BAIIDA du segment total au T2 de 746 millions de dollars, en hausse de 6 %; marge BAIIDA du segment total élargie de 170 points de base à 41,5 %

Liquidité au T2 provenant des opérations de 522 millions de dollars; flux de trésorerie disponible de 308 millions de dollars

Par rapport à l'année dernière, les emprunts ont diminué à 457 millions de dollars et la dette nette a diminué à 300 millions de dollars

 

NEW YORK, 1erAOÛT 2016 – First Data Corporation (NYSE : FDC), un chef de file mondial dans le secteur des solutions et des technologies facilitant le commerce, a publié aujourd'hui ses résultats financiers pour le deuxième trimestre arrêté au  30 juin 2016. Les recettes consolidées s’élevaient à 2,9 milliards de dollars pour le deuxième trimestre, soit une hausse de 2 % par rapport à la même période l’année précédente, ou de 3 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise. Les recettes totales du segment ont atteint 1,8 milliard de dollars, soit une hausse de 2 % par rapport à la même période l’année précédente, ou de 4 % si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise.

Pour le deuxième trimestre 2016, le bénéfice net attribuable à First Data s'élevait à 152 millions de dollars, contre une perte nette de 26 millions de dollars il y a un an. Le bénéfice net ajusté qui modifie le bénéfice net en prenant en compte les éléments tels que les frais d’extinction de dette, les rémunérations à base d’actions, l’amortissement des biens incorporels acquis, les coûts de restructuration et autres éléments, s’élevait à 323 millions de dollars (ou 0,35 $ par action pondérée), soit une hausse de 179 millions de dollars par rapport à l'année précédente, qui s'explique par une amélioration des résultats d'exploitation et une baisse des charges d'intérêt.

Les bénéfices du segment total avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIDA du segment total) au deuxième trimestre de 2016 étaient de 746 millions de dollars, soit une hausse de 44 millions ou 6 % par rapport à la même période l’année précédente, ce qui s'explique par la gestion des dépenses et de la croissance des recettes. La marge BAIIDA du segment total a augmenté de 170 points de base, à 41,5 %, sur ce trimestre.

« Les résultats de ce trimestre ont été marqués par une croissance du revenu net, une expansion soutenue des marges et une génération solide de liquidités. Nous avons enregistré une croissance impressionnante des solutions financières internationales et en Amérique latine, ainsi qu'un dynamisme continu au niveau de la clientèle dans l'espace de l'entreprise », a déclaré le PDG de First Data, Frank Bisignano. « Nous continuons à mettre en œuvre et à évaluer un certain nombre d'initiatives stratégiques dans nos activités destinées aux commerçants en Amérique du Nord, et nous restons sûrs que celles-ci apporteront des améliorations tangibles », a ajouté M. Bisignano.

Résultats par segment

Solutions commerciales pour les entreprises mondiales (SCM)

Les recettes du segment SCM s’élevaient à 1,0 milliard de dollars pour le deuxième trimestre 2016, en baisse de 2 % par rapport à la même période l’année précédente, ou inchangées si l'on ne tient pas compte des variations du cours de la devise. Par régions géographiques, les recettes en Amérique du Nord de 815 millions de dollars ont baissé de 2 % par rapport à la même période de l'année précédente, car la croissance du volume de transactions de 7 % a été compensée par une baisse du rendement. Les recettes en EMEA étaient de 140 millions de dollars, en hausse de 1 %, ou de 2 % en devise constante, essentiellement en raison de la compensation de la croissance du volume des transactions par une baisse du rendement. Les recettes en Amérique latine ont augmenté de 5 %, ou de 44 % en devise constante, grâce aux résultats solides au Brésil et en Argentine.  Les recettes dans la région APAC ont baissé de 7 %, ou de 2 % en devise constante.

Les dépenses du segment des SCM au deuxième trimestre 2016 étaient de 589 millions de dollars, en baisse de 2 % par rapport à la même période l'année précédente, grâce à des actions axées sur le taux de change et la baisse des dépenses.

Le BAIIDA du segment SCM au deuxième trimestre 2016 était de 448 millions de dollars, en baisse de 1 % par rapport à la même période l'année précédente. La marge BAIIDA du segment total a augmenté de 20 points de base, à 43,2 %, sur ce trimestre.

Solutions financières pour les entreprises mondiales (SFM)

Les recettes du segment s’élevaient à 395 millions de dollars pour le deuxième trimestre 2016, en hausse de 12 % par rapport à la même période l’année précédente, ou de 14 % en devise constante. Par régions géographiques, les recettes réalisées en Amérique du Nord étaient de 236 millions de dollars, soit une hausse de 14 % qui s'explique par les nouvelles entreprises et par une croissance interne en termes de traitement des transactions de crédit et de clientèle. Le nombre de comptes de cartes du segment des SFM en Amérique du Nord a augmenté de 14 % sur 12 mois. Les recettes en EMEA étaient de 108 millions de dollars, en hausse de 5 %, ou de 8 % en devise constante. Les recettes en Amérique latine ont augmenté de 24 %, ou de 46 % en devise constante, grâce à la croissance enregistrée en Argentine.  Les recettes dans la région ont augmenté de 11 %, ou de 14 % en devise constante.

Les dépenses du segment SFM au deuxième trimestre 2016 s'élevaient à 235 millions de dollars, soit une hausse de 3 % par rapport à la même période de l'année précédente, la croissance des dépenses variables ayant été partiellement compensée par des actions axées sur le taux de change et la baisse des dépenses.

Le BAIIDA du segment SFM au deuxième trimestre 2016 était de 160 millions de dollars, en hausse de 29 % par rapport à la même période l'année précédente. La marge BAIIDA du segment total a augmenté de 540 points de base, à 40,5 %, sur ce trimestre.

Solutions de réseau et de sécurité (SRS)

Les recettes du segment SRS au deuxième trimestre 2016 étaient de 366 millions de dollars, en hausse de 3 % par rapport à la même période l'année précédente. La croissance des recettes de ce trimestre s'explique principalement par la croissance du segment des solutions de sécurité et des services prépayés. Les recettes du réseau TEF ont légèrement baissé, car la croissance des recettes du réseau STAR a été compensée par une baisse des recettes de traitement du débit/GAB.

Les dépenses du segment SRS au deuxième trimestre 2016 étaient de 200 millions de dollars, inchangées par rapport à la même période l'année précédente.

Le BAIIDA du segment SRS au deuxième trimestre 2016 était de 166 millions de dollars, en hausse de 6 % par rapport à la même période l'année précédente. La marge BAIIDA du segment total a augmenté de 160 points de base, à 45,4 %, sur ce trimestre.

Liquidité

Au deuxième trimestre 2016, les liquidités générées par les opérations s'élevaient à 522 millions de dollars, par rapport à 555 millions de dollars à la même période l'année précédente. Le flux de trésorerie disponible, que First Data définit comme les liquidités générées par les opérations moins les dépenses en capital et les distributions aux actionnaires minoritaires, était de 308 millions de dollars ce trimestre, par rapport à 316 millions de dollars à la même période l’année précédente. Les bénéfices générés par l'amélioration des résultats d'exploitation et du fonds de roulement, la baisse des dépenses en capital et la réduction du coût moyen de la dette dans période actuelle ont été compensés par une augmentation de 109 millions de dollars des paiements des intérêts financiers en raison du changement de période des versements de coupons semi-annuels.

Au cours des six premiers mois de 2016, les liquidités provenant des opérations s'élevaient à 908 millions de dollars, soit une hausse de 455 millions de dollars par rapport aux 453 millions de dollars réalisés durant les six premiers mois de 2015. Au cours des six premiers mois de 2016, le flux de trésorerie disponible s'élevait à 519 millions de dollars, soit une hausse de 513 millions de dollars par rapport aux 6 millions de dollars réalisés durant les six premiers mois de 2015. L'augmentation des deux mesures s'explique par de meilleurs résultats d'exploitation et une réduction des paiements des intérêts financiers. 

Structure du capital

Au cours du deuxième trimestre, First Data a refinancé 1,4 milliard de dollars de ses prêts dont le terme arrive en 2018, rallongeant leur échéance jusqu'à 2022. La société n'a maintenant aucune échéance significative avant 2020.

Le total des prêts au 30 juin 2016 a été réduit à 19,1 milliards de dollars, contre 19,6 milliards de dollars à la fin de l'année 2015. La dette nette au 30 juin 2016 a été réduite 19 milliards de dollars, contre 19,3 milliards de dollars à la fin de l'année 2015.

First Data estime les dépenses d'intérêts financiers à environ 1,0 milliard pour l'ensemble de l'année 2016.

Mesures hors référentiel comptable

Pour compléter les états financiers consolidés de la société présentés conformément au référentiel comptable, la société utilise des mesures hors référentiel comptable pour certains types de performance financière. Ces mesures hors référentiel comptable comprennent les recettes du segment total, les dépenses du segment total, le BAIIDA du segment total, la marge BAIIDA du segment total, le revenu net ajusté, le revenu net ajusté par action diluée, le flux de trésorerie disponible et la dette nette. La société a inclus des mesures hors référentiel comptable parce que la direction pense qu'elles facilitent les comparaisons des résultats d'exploitation de la société entre les différentes périodes. La société pense que les mesures hors référentiel comptable offrent des renseignements utiles à la fois à la direction et aux utilisateurs de nos états financiers en excluant certaines dépenses, bénéfices et pertes qui peuvent ne pas refléter au mieux ses résultats d'exploitation principaux et ses perspectives commerciales. Lors de la publication des comparaisons annuelles, la société a choisi de présenter les mesures hors référentiel comptable parce qu'elle pense que ces mesures offrent aux utilisateurs de nos états financiers une base cohérente pour examiner la performance de la société sur différentes périodes.

Ces mesures hors référentiel comptable ne sont pas conformes aux mesures préparées selon le référentiel comptable et ne représentent pas d'alternative à celles-ci, et peuvent être différentes des mesures hors référentiel comptable utilisées par les autres sociétés. De plus, ces mesures hors référentiel comptable ne sont basées sur aucun ensemble complet de règles ou de principes comptables. Les mesures hors référentiel comptable sont limitées dans la mesure où elles ne reflètent pas tous les montants associés aux résultats des opérations de la société, comme déterminés conformément au référentiel comptable. Ces mesures ne doivent être utilisées que pour évaluer les résultats des opérations de la société en conjonction avec les mesures conformes au référentiel comptable correspondantes.

Les rapprochements avec les mesures les plus directement comparables conformes au référentiel comptable de toutes les mesures hors référentiel comptable sont disponibles dans les tableaux inclus dans ce communiqué de presse.

La société exclut certains postes et d'autres ajustements des recettes du segment total, des dépenses de segment total, du BAIIDA du segment total, de la marge de BAIIDA du segment total, du revenu net ajusté et du revenu net ajusté par action diluée. Voir les rapprochements pour une liste complète des postes exclus des mesures hors référentiel comptable.

La société utilise le flux de trésorerie disponible, une mesure hors référentiel comptable. Le flux de trésorerie disponible est défini comme étant les liquidités utilisées/fournies par les activités d'exploitation, moins les dépenses de capital et les distributions aux actionnaires minoritaires. La société considère le flux de trésorerie disponible comme une mesure des liquidités qui offre des renseignements utiles à la direction et aux utilisateurs de nos états financiers sur le montant de liquidité généré par les affaires et qui peuvent être utilisés, entre autres, pour réduire la dette en cours.

La société utilise également la dette nette, une mesure hors référentiel comptable. La dette nette est définie comme étant le total des prêts à long terme, plus la partie à court terme et actuelle des prêts à long terme, à la valeur nominale, en excluant les lignes de crédit utilisées aux fins de règlement, moins les liquidités et les équivalents de liquidités. La société pense que la dette nette offre une perspective supplémentaire sur son niveau et sa gestion des leviers.

Certaines mesures des recettes de cette publication sont présentées comme ne prenant pas en compte l'effet des variations des cours des devises étrangères (à devise constante). Pour obtenir cette information, les résultats mensuels, de la période actuelle, des unités qui les rapportent dans une autre devise autre que le dollar américain, y sont convertis au taux de change moyen effectif ce même mois lors de l'année fiscale précédente, plutôt qu'au taux moyen actuel, effectif durant l'année fiscale en cours. Une fois convertis, les résultats de chaque mois au cours de la période sont additionnés pour calculer les résultats à devise constante sur la période. La société pense que la croissance des recettes est une indication clé de la façon dont First Data progresse d'une période à l'autre et la mesure financière à devise constante hors référentiel comptable est utile pour les investisseurs, les prêteurs et les autres créanciers parce que ces renseignements leur permettent de mesure l'impact des fluctuations des devises sur les recettes de la société d'une période à l'autre.

Téléconférence avec les investisseurs

La société organisera une téléconférence et une webdiffusion le lundi 1er août 2016, à 8 heures du matin HNE pour présenter les résultats financiers du deuxième trimestre 2016.

Pour écouter la téléconférence, composez le +1 (888) 317-6003 (aux États-Unis) ou le +1 (412) 317-6061 (en dehors des États-Unis), avec le code d'accès 8244642, au moins 10 minutes avant le début de la téléconférence. La diffusion sur Internet de la téléconférence et la présentation par diapositives qui l'accompagne seront mises à disposition dans la section « Relations avec les investisseurs » du site de First Data à la page investor.firstdata.com.

Une rediffusion de la téléconférence sera disponible jusqu'au 1er septembre 2016 au +1 (877) 344-7529 (États-Unis) ou au +1 (412) 317-0088 (en dehors des États-Unis), avec le code d'accès 10087896 et sur Internet à l'adresse investor.firstdata.com.

Veuillez noter : En dehors de la rediffusion, First Data n'a pas autorisé et décline toute responsabilité concernant tout enregistrement, rediffusion ou distribution de toute transcription de cette téléconférence.

Au sujet de First Data

First Data (NYSE : FDC) est une société chef de file mondial dans le secteur des solutions et des technologies facilitant le commerce, dont les services sont utilisés par environ six millions de sites commerçants et 4 000 institutions financières dans 118 pays à travers le monde. Ses 24 000 propriétaires associés s'emploient à aider les sociétés, des jeunes entreprises aux plus grandes sociétés de capitaux, à exercer leurs activités commerciales quotidiennes en assurant le traitement et la sécurité de plus de 2 500 transactions par seconde pour un montant de plus de 1,9 billion de dollars par année.

 

Personne-ressource
 
Peter Poillon
Relations avec les investisseurs
FirstData
212-266-3565
Peter.Poillon@firstdata.com
 
Liidia Liuksila
Relations publiques
FirstData
212-515-0174
Liidia.Liuksila@firstdata.com

 

 

Restez à la pointe de l’actualité avec First Data